0
Category

mieux-être

ELOGE DE L’ART QUI FAIT DU BIEN (partie 1)

ÉLOGE DE L’ART QUI FAIT DU BIEN

                                  

Je ne parle pas de l’Art avec un grand A.

Je parle ici de l’art avec un petit a.

L’art amateur. L’art avec un a minuscule en petits gestes répétés.

L’art qui fait du bien parce que justement, il est modeste et pour soi-même.

En fait, si l’art n’existait pas dans nos vies, nous n’aurions pas de livres, de films, de musique, de musées, de concert, de vêtements, de médias, de livres pour enfants, de jouets, ni de iPhone.

De fait, il existe un malentendu sur l’appartenance de l’art. En effet, l’art en général appartiendrait à une certaine catégorie de personnes, soit les artistes professionnels, les génies, les célébrités, les artistes morts et affichés dans les musées.

 

Ce n’est pas la réalité.

À mon avis, c’est une erreur de « noter » l’art et l’idéaliser à ce point. Je ne parle pas dans cet article de l’Art avec un grand A. Je parle de l’art ici avec un petit a. C’est pour valoriser l’art avec a minuscule que cet article fait l’éloge de l’art qui fait du bien.

Danny Gregory (Art Before Breakfast : a Zillion Ways to be more Creative No Matter How Busy You Are) l’exprime très bien :

« L’Art avec un grand A, c’est pour les musées, les critiques et les collectionneurs.

L’art avec un petit a, c’est pour le reste d’entre nous

L’Art avec un grand A est mis en vente, sujet à spéculation, archivé et assuré

L’art avec un petit a n’est pas un produit. C’est un point de vue sur l’existence. C’est un mode de vie.

L’Art avec un grand A est fait par des professionnels et des experts.

L’art avec un petit a se fait par des comptables, des mamans, des ingénieurs, des chômeurs, des fermières à des tables de restaurants, dans des parcs et à la buanderie.

L’Art avec un grand A est un business et une industrie et de la spéculation.

L’art avec un petit a, c’est la passion, l’amour, l’humanité et ce qui a véritablement de la valeur.

L’Art avec un grand A demande des années d’études à l’école des Beaux-Arts, de la souffrance et du sacrifice.

L’art avec un petit a demande un désir et 15 minutes par jour.

Comme moi, tu n’es peut-être pas une Artiste avec un grand A.

Mais je sais que tu peux faire de l’art avec un merveilleux, significatif et expressif petit a. « 

 

De plus, je rappelle que le mot amateur provient du latin « amare » qui veut dire celui ou celle qui aime.

Donc, un amateur est quelqu’un qui aime profondément et sincèrement ce qu’il fait comme activité.

crédit photo: allef vinicius (unsplash)

L’art qui fait du bien, c’est un chemin

La créativité est un chemin qui mène au soi authentique. En ce qui me concerne, c’est l’art journal qui m’a permis de faire le voyage dans cette direction.

Ce qui se passe quand je me présente devant la page de mon art Journal, je me mets à l’écoute de quelque chose de mystérieux, au-delà de mon mental et ses idées préconçues.

En effet, me laisser aller dans le processus où je n’ai aucune idée du résultat final est parfois inconfortable. Pourtant, c’est là que naît un langage poétique et symbolique qui m’est particulier. Sur ces pages, c’est une autre moi-même que je rencontre. Je lui fais de la place.

 

L’art qui fait du bien, c’est une histoire d’amour avec l’inconnu

En fait, ce qui est nécessaire, c’est de se donner ce temps et cet espace pour découvrir ce que l’inconnu, le mystère nous offre. Évidemment, on peut être souvent paralysé par l’angoisse de la feuille blanche et vivre des peurs par rapport à ce qui peut en ressortir.

Et si c’était la curiosité et l’ouverture qui nous guidaient à la place des peurs ?

De plus, on pourrait découvrir que cet inconnu est un être séduisant au fond et qu’il veut nous amener à découvrir de nouveaux horizons.

Qui sait… cela pourrait déboucher sur une relation à long terme. C’est une bonne raison de faire l’éloge de l’art qui fait du bien.

crédit photo: david clode (unsplash)

L’art qui fait du bien, c’est un pont

J’aime le symbole du pont, car il permet de relier les rives qui sont séparées, opposées ou contradictoires.

En effet, notre mental linéaire voit les choses en noir et blanc. En tout ou rien. Il faut choisir ! dit-il. C’est une manière de voir le monde qui est binaire et qui manque de complexité et de nuance. C’est pourquoi l’esprit humain a aussi inventé le pont, les compromis et les nuances de la couleur grise.

Pourtant, il existe une manière de les lier ensemble, malgré leur différence et de maintenir une tension entre les deux ou même mieux un équilibre.

Établir un pont entre ses émotions et ses pensées permet de ne négliger ni l’une ni l’autre.

Faire un pont entre son passé et son futur permet aussi de se visualiser sur un chemin d’apprentissage et de découverte. L’esprit sage ne pourrait les séparer l’un de l’autre.

En particulier, les Chinois ont cette notion de yin et de yang, qui ne vont pas l’un sans l’autre. L’aspect réceptif dansant avec l’aspect actif de l’existence.

Ces dualités nous rappellent que l’art est un pont entre le monde intérieur et le monde extérieur, c’est pourquoi il est si précieux.

Finalement, lorsqu’on s’engage dans une pratique créative qui nous fait du bien, on se permet d’être soi-même le pont entre les rives de notre vie. C’est pour cela que ça fait tant de bien.

Si tu veux en savoir plus sur les éléments pour passer à l’action, je te recommande l’article de blogue suivant:

Les 7 éléments d’une pratique créative qui fait du bien

L’art qui fait du bien, c’est une relation

Dans le même ordre d’idée, l’art qui fait du bien établit une communication ludique entre nos aspects polarisés. Par exemple, il y a une partie de moi qui désire créer. En réponse s’élève la partie de moi qui ne veut pas que je crée. Le fait de créer est une constante interaction entre les deux parties de moi.

En effet, notre corps parle à notre tête. Notre cœur parle à notre mental. Notre âme parle à notre égo. Pour expérimenter une vie saine et riche, les relations entre les différentes parties de soi sont importantes.

Comment est-ce que nous entrons en relation avec notre créativité et nos créations ? Est-ce que nous passons du temps souvent avec elles ? Ne les jugeons-nous pas assez « bonnes » ? Ou trop étranges ?

Passons-nous assez de temps avec elles, ou bien sommes-nous si occupés que cela devient la dernière de nos priorités ?

En fait, la relation à sa créativité se développe avec le temps, avec le temps que nous lui consacrons.

Plus nous passons du temps à créer et plus notre mieux-être se dépose et s’approfondit.

crédit photo: supriya (unsplash)

L’art qui fait du bien c’est la réappropriation d’un langage à soi

Premièrement, la créativité c’est une qualité de naissance. Tu es en vie, donc tu es créative.

La vie dont tu fais l’expérience est unique, parce que toi seule l’as créée jour après jour.

De plus, lorsque tu t’inspires d’un artiste, tu offres de la place à ton expression unique. Il n’y a personne qui peut faire exactement la même chose comme toi.

Lorsque j’ai commencé à créer avec les arts visuels, je n’avais pas confiance en moi alors je suivais des exercices issus de manuels d’art. Parfois, il m’arrivait de copier une illustration que j’aimais.

Bien sûr, je me disais constamment que je n’étais pas une vraie artiste, mais c’est naturel de copier au départ… et ensuite de laisser notre propre voie tracer la suite. À cet égard, je recommande le livre d’Austin Kleon « voler comme un artiste ». Il recommande « d’emprunter » allègrement le style d’artistes admirés et de ne pas oublier de les citer comme influenceurs.

Lorsque j’ai développé ma propre imagerie avec l’Art Journal, j’ai découvert qu’il était un miroir de mon être, de mes aspirations, de mes rêves, mais aussi de mes peurs.

Peu à peu, j’ai cessé de vouloir créer comme les experts et j’ai embrassé ce qui émergeait… et parfois je trouvais cela intéressant et même beau. En fait, j’apprivoisais tranquillement mon expression et je l’accueillais avec bienveillance.

Mon expression créative est un reflet visible de mon être profond ou « soi authentique ».

Finalement, je me suis reconnu dans ma créativité sans me juger. C’est pour cela que je fais aujourd’hui l’éloge de l’art qui fait du bien.

C’est aussi cela le cadeau offert par ta créativité en action.

D’ailleurs, tu peux télécharger ici ton cahier d’exercices GRATUIT pour booster ta créativité:

 

crédit photo: noah buscher (unsplash)

L’art qui fait du bien c’est une connexion avec l’enfant intérieure

On le sait, nos vies d’adultes occupés, responsables et rivés sur nos écrans nous ont rendus trop sérieux.

Nous oublions que le jeu et l’amusement nous donnent des couleurs aux joues et nous régénèrent en profondeur.

Le psychologue Winnicott disait « le jeu c’est sérieux ».

En effet, cette capacité à jouer est symbolisée par l’archétype de l’enfant intérieur. L’enfant joue pour apprendre, pour se frotter au monde autour de lui et l’apprivoiser. L’enfant joue avec l’autre aussi pour créer un lien et du partage.

De plus, une enfant en santé exprime ses émotions avec force, puis les laisse aller. L’enfant n’est pas encore engluée dans une liste de choses à faire que son mental lui répète… Elle vit l’instant présent avec curiosité et dépense beaucoup d’énergie à apprendre pleine de choses.

L’enfant intérieure, c’est aussi la capacité à s’émerveiller, à découvrir, à essayer, à s’amuser, à s’exciter de plein d’univers imaginaires. En tant qu’adultes, nous avons vraiment besoin de cette enfant intérieure.

C’est pour cela que la créativité vue comme un jeu d’enfant fait tellement de bien et stimule l’élan vital en nous.

 

L’art qui fait du bien c’est une voix au-delà des mots

Une image veut dire mille mots.

En une fraction de seconde, le cerveau reçoit et comprend l’information visuelle et son sens. Nul besoin de parler ou de lire pour cela.

En fait, nous avons un cerveau (situé dans le cortex préfrontal) qui est logique, structuré et linéaire. Étant donné que nous avons appris le langage parlé et écrit, c’est un des canaux de communication que nous utilisons le plus pour nous exprimer. La réception des informations extérieures passe souvent par le langage, mais ce n’est pas absolument nécessaire.

Bien des personnes ne sont pas si à l’aise pour s’exprimer authentiquement par les mots. Par exemple, les jeunes enfants qui n’ont pas encore développé leur langage.

(Je ne suis pas en train de dire que l’écriture n’est pas un outil formidable pour s’exprimer)

crédit photo: sarah brown (unsplash)

L’art qui fait du bien c’est se donner la permission

Créer, ça fait du bien tellement à tous les niveaux. Mais la première étape, c’est de s’offrir la permission de créer.

Néanmoins, c’est incroyable toutes les raisons que j’entends de la part des personnes qui veulent créer et qui ne le font pas. Pourquoi est-ce si difficile de passer à l’action, même en sachant les bienfaits que cela nous apporte ?

Est-ce que c’est parce que nous vivons encore avec des principes rigides judéo-chrétiens qui nous enjoignent de travailler dur et de pas trop nous amuser ?

Est-ce à cause du préjugé tenace qu’être créatif ou artistique est forcément lié à la précarité financière ?

Je n’ai pas une réponse claire, mais je sais que si je ne crée pas je passe à côté de quelque chose de précieux et vital.

Donne-toi cette permission.

C’est ainsi que tu apprendras à suivre aussi tes désirs et tes élans et te donner la permission.

Tu apprendras à te faire confiance aussi et à prendre soin de toi en faisant ce qui te fait du bien.

Donne-toi cette permission. Personne ne peut te la donner sinon toi-même.

Tu te rendras un grand service 😊

Et voilà, c’était mon article pour faire l’éloge de l’art qui fait du bien.

Merci d’avoir poursuivi ta lecture avec moi 😊

 

Rejoins-moi sur les réseaux sociaux (Instagram ou Facebook ou youtube) où je réponds rapidement à tes questions et commentaires 🙂

 

Si tu veux en savoir plus sur mes ateliers et programme :

Tu es aussi invitée à joindre notre groupe Facebook où tu peux partager tes créations dans un cadre bienveillant.

à bientôt 🙂

 

Références

Art Before Breakfast : A Zillion Ways to be More Creative No Matter How Busy You Are de Danny Gregory

Voler comme un artiste d’Austin Kleon

SE SOIGNER PAR LES ARTS

Se soigner par les arts.

Prendre soin de soi.

Mieux-être.

Retour à la santé.

Guérison.

Une guérison de l’esprit, une guérison du cœur, une guérison intérieure, pas forcément physique, mais globale.

Dans l’ensemble, ce sont des termes qui attirent l’attention, car beaucoup de personnes vivent des difficultés dans leur vie. Et elles ont aussi besoin d’être accompagnées et aidées.

Avant tout, il y a un besoin de soin et de guérison.

Il existe beaucoup de détresse psychologique, avec la performance, le stress et la fatigue. À cela s’ajoutent les problèmes de santé et la peur du futur.

Et surtout, des idées erronées sur nous-mêmes qui entravent la paix et de joie.

Une piste de solution réside dans le pouvoir des arts et de la créativité.

LES ARTS SOIGNENT DEPUIS LA PRÉHISTOIRE

Avant que les termes psychologie ou science existent, les tribus traditionnelles exprimaient leurs craintes et leur souffrance en chantant, en sculptant, en dansant, avec des rituels et avec le soutien de leur tribu.

En effet, lorsqu’il y avait de la maladie, des morts, une catastrophe, la tribu se retrouvait autour du chamane et ils faisaient différentes cérémonies. Ils utilisaient la danse, les chants, les costumes, ils se maquillaient et participaient dans un rituel collectif rempli de créativité pour conjurer le mal, ou la souffrance.

Dans ce temps-là, l’art n’était pas vendu dans les galeries pour une élite, mais partagé et vécu par tous.

Par ailleurs, les gens peignaient dans les grottes leurs visions, leurs tribus, la fertilité et leurs dieux et déesses. Les arts n’étaient pas séparés de la religion ni de la guérison et l’humanité se soignait par les arts.

Pour nos ancêtres, c’était une manière naturelle de trouver du sens à leur existence et de soigner ce qui était souffrant ou difficile à accepter.

Nous ne sommes pas différents.

En fait, nous nous trouvons à une époque où il est important pour chacun de retrouver son moi authentique, son intuition, sa vérité intérieure, son essence…

La « guérison » ne consiste pas à effacer les expériences et la souffrance du passé, mais à laisser émerger un moi renouvelé, vivant, ouvert et plus authentique.

Crédit photo: Simon Zhu

LES ARTS COMME MÉDECINE

N’as-tu jamais écouté un album de musique pour te réconforter ?

Avoir lu un poème qui a apaisé ta peine d’amour ? As-tu dansé avec tes amis et oublié que tu avais mal quelque part ?

As-tu déjà fait de la peinture et constaté que tu étais bien moins stressée ensuite ?

C’est la puissance de guérison des arts. 

Shaun McNiff est un art-thérapeute qui a écrit plusieurs livres inspirants sur la puissance curative des arts et de l’imagination.

Pour lui, l’acte créatif est un remède pour l’âme et possède la capacité de guérison pour la personne qui s’engage dans cette activité artistique. De plus, il considère que la guérison par les arts passe par la libération de l’esprit créatif de la personne.

En d’autres termes, une pratique créative apporte ce retour à la santé à l’équilibre et au mieux-être.

Ensuite, ce n’est pas seulement à travers les arts visuels que ça se passe. La personne peut aussi trouver son expression authentique par la musique, l’écriture, le théâtre, la photographie ou toute autre modalité…

Tout ce qui est expressif et amène la personne dans son propre processus créatif apporte du baume au cœur et un mieux-être profond.

« L’art comme médecine » (art as medicine)

Premièrement, McNiff considère la thérapie par l’art comme un processus par lequel l’âme (l’essence profonde de la personne) se révèle à l’individu qui s’y adonne.

Ensuite, il note que si l’art-thérapie peut être un processus solitaire, une approche en groupe favorise les liens et devient un support pour la croissance de chacun.

« L’art guérit »

(Art heals: how creativity cures the soul)

Dans la même veine que son livre précédent McNiff dit : « si nous pouvons libérer le processus créatif dans nos vies, il trouvera toujours le chemin vers ce qui a besoin d’être transformé et guéri.

Ainsi, le défi consiste donc d’abord à libérer notre créativité, pour ensuite la maintenir processus intentionnel vers notre santé et guérison. »

Ce qui veut dire que s’engager dans le processus créatif régulièrement se dirige naturellement vers les zones souffrantes et qu’il est nécessaire de rester le plus consciente de cela. C’est là que chacun peut se soigner par les arts.

ALLIANCE ENTRE L’ARTISTE ET LA THÉRAPEUTE

Dans le livre « Healing with the arts, a program to heal yourself and your community » par Mary Rockwood Lane et Mike Samuels, est présenté un programme pour utiliser la force des arts pour se guérir, pour soigner ce qui a besoin d’être soigné.

De plus, ce processus passe par une alliance entre deux forces complémentaires (ou archétypes) en soi : l’artiste et le soignant (ou le guérisseur, le thérapeute, la chamane). Ainsi, toutes les ressources nécessaires à ce chemin intérieur seront en place.

L’artiste intérieure

L’artiste est la partie de toi qui est curieuse, inventive, imaginative.

Elle se met à l’écoute du processus créateur et lui fait confiance.

Tout d’abord, j’aime beaucoup l’idée que nous possédons en nous la connaissance et les ressources pour nous soigner. À notre époque, nous allons chercher de l’aide chez des professionnels, des spécialistes, des experts pour nous dire quoi faire dans de multiples domaines.

Donc, activer l’artiste intérieur te permettra de puiser à même sa puissante imagination unique.

Ton artiste intérieur est un merveilleux guide pour t’amener là où tu ne t’y attends pas. Il va t’aider à créer une vie qui te ressemble et qui émane de ton moi authentique (ta force créative).

Il y a un atelier « Active l’artiste intérieur » qui aura lieu le 9 septembre, pour donner un aperçu du programme « se soigner par les arts ».

La « thérapeute » intérieure

Une bonne thérapeute sait qu’elle ne va guérir personne, mais qu’elle va plutôt accompagner la personne à activer ses ressources, sa résilience, ses capacités d’adaptation et de transformation.

De plus, l’aidante a cette capacité de prendre soin d’écouter, d’accepter les émotions plus difficiles et de trouver le chemin du retour à l’équilibre.

Elle considère la « guérison » comme un cheminement continu et holistique.

La rencontre entre ces deux archétypes l’artiste et la « guérisseuse » te permettra d’aborder tout acte créatif avec une intention d’explorer ce processus créatif qui fait tellement de bien et de soin à l’âme.

Si tu veux en savoir plus sur le programme « se soigner par les arts »:

SE SOIGNER AVEC LES ARTS VISUELS

Les arts visuels (peinture, dessin, collage, argile etc.) sont les médiums de base que j’utilise en art-thérapie et en accompagnement créatif.

Par contre, je dois souvent expliquer que l’objectif de la création n’est pas un résultat esthétique, mais une démarche intérieure.

Alors que les artistes et les milieux culturels ont tendance à se concentrer sur le résultat esthétique des œuvres d’art, l’art-thérapie et l’art comme outils de transformation se concentrent sur le vécu intérieur de la personne.

Finalement, le but de toute création est le soin et l’expression du moi authentique.

Cette idée est nouvelle pour plusieurs personnes, mais d’autres créatives et artistes dans l’âme le savent depuis longtemps : quand elles créent, elles se sentent mieux après. C’est ainsi qu’on peut se soigner par les arts.

Les effets de l’art-thérapie

Tout d’abord, Cathy Malchiodi (art-thérapeute et auteure), considère que l’art-thérapie est « fondée sur l’idée que le processus créatif guérit et améliore la qualité de vie, et qu’il s’agit d’une forme de communication puissante.

L’action de créer stimule la croissance personnelle, l’expression de soi, le mieux-être émotionnel, la résolution des conflits et la transformation intérieure. »

Selon Malchiodi, la guérison par l’art est bénéfique à plusieurs égards :

  • La création visuelle permet d’exprimer des choses que nous ne pouvons pas exprimer avec des mots.
  • Les arts visuels permettent de libérer les émotions.
  • Le fait de créer régulièrement augmente l’estime de soi
  • Ce processus thérapeutique crée du sens et provient directement de nos sentiments et de notre imagination.
  • Notre créativité nous permet de mieux nous connaître
  • S’engager dans une action créative développe la recherche de solutions
  • Les arts visuels sont facilement accessibles à tous
  • Plusieurs arts visuels ont prouvé qu’ils aidaient à réduire l’anxiété et le stress.

À ce sujet, le mieux-être par les arts fonctionne avec n’importe quel médium ; dessin, aquarelles, peinture, collage, argile et autres.

Crédit photo: Diogo Nunes

Le journal artistique médias mixte

Pour ma part, j’utilise le journal artistique pour ma pratique créative et mon processus personnel de soin. Dans ce type de journal, le dessin, la peinture, le collage et l’écriture sont mélangés.

En fait, c’est une forme d’art que j’apprécie, car je peux y mettre ce que je veux en combinant les différents médiums dans un petit format.

 Si tu veux en savoir plus sur l’art journal:

SE SOIGNER AVEC L’IMAGERIE GUIDÉE

Dans les rituels et les cérémonies de guérison, les images de rêves, les archétypes et les visions sont utilisés depuis des siècles.

Autrefois, Aristote et Hippocrate croyaient que le pouvoir des images pouvait avoir un effet positif sur le cœur et le corps.

Aujourd’hui, les recherches sur l’imagerie guidée (et l’hypnose) démontrent qu’ils avaient une bonne intuition.

À cet égard, l’imagerie guidée consiste à fermer les yeux et à écouter la voix de quelqu’un qui décrit une scène, comme la description d’un film. Ton imagination et tous tes sens se mettent à vivre ce « film ».

En fait, ce n’est pas différent que lorsque tu  t’imagines dans ta chambre, ou bien que tu as un fantasme sexuel qui trotte dans ta tête.

L’imagerie guidée permet de créer du soin et du mieux-être dans la vie de la personne qui l’utilise régulièrement. C’est un outil qui permet de se soigner par les arts, car il donne de l’inspiration immédiate.

Crédit photo: Yoann Boyer

Recherches dans les hôpitaux

Dans les milieux hospitaliers, l’imagerie est répandue avec les patients atteints de cancer pour les aider à se voir avec une santé radieuse et un corps guéri de la maladie.

C’est ainsi que les images positives sont transmises aux systèmes endocrinien, immunitaire et nerveux de leur corps et celui-ci « croit » que c’est vrai et qu’il est bel et bien guéri. Les statistiques démontrent une différence notable de retour à la santé entre les patients qui ont utilisé l’imagerie guidée par rapport à ceux qui ne l’ont pas fait.

Dans le contexte de se soigner par les arts, l’imagerie guidée nous permet de contacter notre artiste intérieure et notre soignante intérieure.

Ainsi, cela permet d’entrer rapidement en nous et contacter ce qui a besoin d’être exprimé et soigné. L’imagerie guidée permet de décrocher de son mental logique et de connecter directement avec le moi authentique.

Dans le processus du programme « se soigner par les arts », l’imagerie guidée est proposée en début de session, juste avant la période de création.

C’est alors que les images intérieures permettent à la personne d’être inspirée juste avant la période de création et d’écriture dans leur journal.

Si tu veux en savoir plus sur ce programme « se soigner par les arts », clique sur l’image:

SE SOIGNER AVEC LA MUSIQUE

La musique est partout. Ce n’est pas surprenant, car elle est un de moyen d’expression le plus ancien de l’humanité. Depuis des siècles, les humains ont utilisé le chant, les mantras, des sons de gorges, des percussions pour des cérémonies et des rituels de guérison etc.

Également, la musique se manifeste sous forme de rythmes, d’énergie et permet de raviver sa mémoire et touche à une grande variété d’émotions.

Les recherches démontrent clairement que la musique peut transformer l’humeur et les émotions qu’elle a un effet positif sur le corps et la psyché.

La musicothérapie

En fait, il existe un soin de santé appelé la musicothérapie, qui utilise la musique pour guérir. Les musicothérapeutes utilisent la musique pour accompagner les patients cancéreux, les enfants malades et autres.

Un des effets prouvé de ces soins par la musique est la diminution de la médication contre la douleur.

De plus, il a été démontré que la musique classique avec enfants qui ont des troubles d’apprentissage les aide à améliorer leurs fonctions cognitives et neurologiques.

En conclusion, tous ces résultats ne sont pas surprenants, car la musique affecte le corps et l’esprit de différentes manières.

Crédit photo: Jefferson Santos

Voici quelques effets positifs de la musicothérapie

  • Diminue le stress et l’anxiété
  • Aide à diminuer la douleur chronique
  • Abaissement de la pression artérielle
  • Relâchement émotionnel
  • Stimule la joie et l’énergie (avec des musiques dynamiques)
  • Renforce le système immunitaire
  • Apaise le système nerveux

Finalement, il n’est pas surprenant que la musique soit un outil important pour rester en bonne santé mentale et physique. La musique est une des manières pour se soigner par les arts.

Voici quelques utilisations de mieux-être par la musique

  • Écouter des albums de musiques
  • Écouter des CD avec des sons de nature
  • Créer et écouter des listes de lectures avec tes musiques favorites. Choisir spécifiquement celles qui t’inspirent de la joie et de l’apaisement.
  • Créer spécialement une liste de musique pour te soigner
  • Joue d’un instrument de musique. Si tu ne sais pas, choisis un instrument simple, comme des maracas, un tambour ou un bol tibétain.
  • Chante tes chansons préférées, va dans un karaoké avec tes amis ou chante des mantras durant ta méditation.
  • Si tu as des notions de composition, compose une musique avec le thème de soin et de mieux-être et pratique-là souvent.
  • Prends une de tes musiques préférées et écris une chanson sur le même air.

SE SOIGNER AVEC L’ÉCRITURE

Tout d’abord, celles qui ont déjà écrit leur journal intime le savent : écrire son vécu sans censure, décharger ses émotions, exprimer sa tristesse ou essayer de faire du sens d’une épreuve. Ainsi, cela peut être apaisé par l’écriture.

De plus, l’utilisation de l’écriture personnelle (pas pour être lue par quelqu’un d’autre) a pour exprimer un vécu difficile ou quelque chose à soigner est puissante.

Également, si une expérience vécue pénible secoue notre quotidien, l’écriture permet de lui donner une place et de l’explorer sur la page. Prendre le temps d’écrire son expérience personnelle est un moyen de respecter, d’affiner et de comprendre cette émotion, cette relation ou cette situation lourde.

En fait, l’utilisation d’un récit dans l’écriture permet aussi de mettre une distance et de transformer la réalité en « autre chose ». C’est le fondement de beaucoup de livres puissants.

De plus, la forme que prend l’écriture est différence pour chacune. Pour certaines, ce seront les pages du matin préconisées par Julia Cameron dans son livre « Libérez votre créativité ».

Pour d’autres de seront des poèmes, des nouvelles, des chansons, slams ou des haikus.

Crédit photo: unsplash

Dans le « nouveau journal créatif » d’Anne-Marie Jobin, sont suggérés différents exercices ludiques d’écriture, comme l’écriture en spirale par exemple. (lien)

De fait, toutes ces formes d’écriture aident à créer des liens entre soi et la partie qui souffre et qui a besoin d’être soignée. Par le processus créatif de l’écrit, quelque chose peut se dénouer et émerger.

L’écriture peut être utilisée comme un outil de mieux-être et de soin. L’écriture est un outil puissant pour se soigner par les arts.

En effet, l’écriture a l’avantage puissant de nous donner une voix. Une voix qui s’exprime avec authenticité et vérité, sans censure. Une voix qui commence à se faire entendre vraiment à travers ce médium.

Et puis, les mots peuvent vraiment nous toucher profondément. Et nous pouvons aller trouver de l’inspiration parmi les auteurs que nous aimons déjà.

Si tu veux en savoir plus sur le programme « se soigner par les arts », clique :

SE SOIGNER AVEC LA DANSE ET LE MOUVEMENT

Pour nos ancêtres, le mouvement et la danse allaient de soi avec les prières et les cérémonies religieuses. La danse servait à animer l’énergie dans les corps, à augmenter la ferveur ou à mettre les danseurs en transe.

De nos jours, la danse sert à bouger sur différentes musiques et à animer le corps avec énergie, rythme ou mélodie. En fait, la danse est universelle et pratiquée dans tous les coins de la planète.

Avec des pratiques plus lentes comme le yoga, l’objectif est d’apporter un équilibre entre le corps et l’esprit.

Bref, avec la danse et le mouvement, il est possible de faire l’expérience de la joie, de la connexion et de l’énergie vitale. L’objectif est de s’ouvrir au moment présent à travers le corps en mouvement et d’y trouver la spontanéité, la présence et le flow.

Également, on peut y ajouter la relation lorsqu’on danse avec un partenaire. Le mouvement permet de stimuler le corps et de sortir de sa tête, de ses soucis et même d’émotions lourdes pour les faire circuler.

Crédit photo: Diego Rosa

La danse va naturellement avec la musique. Mets une de tes musiques préférées et commence à bouger sur la mélodie ou le rythme. Prends le temps d’observer comment cela t’affecte et comment tu te sens dans ton corps.

À notre époque remplie d’écrans, le mouvement et la danse sont plus que jamais essentiels à notre équilibre.

Au fond, la danse n’a pas besoin d’être « apprise ». Regarde les enfants, comment ils bougent naturellement au son de la musique.

Mets-toi une belle musique et laisse-toi aller de tout ton corps pour ressentir les bienfaits immédiats de la danse.

 

INVITATION

Je t’invite au programme de groupe « se soigner par les arts » qui dure 10 semaines. Ce cours utilise la puissance de la créativité (arts visuels, musique, danse, écriture…) pour une guérison/mieux-être de la personne.

Durant ce programme, chaque personne développera son expression créative et ses ressources intérieures. Il n’est nul besoin d’avoir des habiletés en arts pour participer.

Créer de manière intentionnelle dans un objectif de mieux-être est la proposition du programme.

Voici le lien pour avoir les détails et les dates du programme :

 

N’hésite pas à m’écrire pour des questions ou des commentaires, et pour plus d’informations à info@flowcreatif.com

Merci d’être là !

 

RÉFÉRENCES

Art therapy sourcebook de Cathy Malchiodi

Healing with the arts de Michael Samuels & Mary Rockwood Lane.

Art as medecine de Shaun McNiff

Art Heals de Shaun McNiff

Libérez votre créativité de Julia Cameron

Le nouveau journal créatif  d’Anne-Marie Jobin

COMMENT LE FLOW CRÉATIF CONTRIBUE À TON MIEUX-ÊTRE

Le flow créatif contribue à ton mieux-être,  car lorsque tu es dans cet état de flow, tu es complètement absorbée dans une tâche et tu ne vois pas le temps passer.

Dans un même ordre d’idées, nous pouvons l’atteindre en faisant l’amour, mais aussi en méditant où bien lorsque nous sommes entièrement plongés dans une activité de création.

Dans cet article j’explique plus en détail ses origines et comment le flow créatif contribue à ton mieux-être.

 

QU’EST-CE QUE LE FLOW ?

Dans le dictionnaire, le flow est lié au mouvement fluide et aisé qui va dans une direction, comme le flot d’une rivière. En somme, le flow est donc comme un courant où ça « coule » facilement, sans trop d’obstacles ou de blocages.

Dans les années 70, le psychologue Mihály Csíkszentmihályi a étudié les gens très créatifs pour essayer de dégager leurs principaux traits inhérents à cette qualité. Par ailleurs, il a observé que lorsqu’ils travaillaient, ils entraient dans des états de concentration optimale et c’est là qu’ils étaient le plus créatifs et productifs.

Ensuite, il a  remarqué que des sentiments de joie, de satisfaction et de régénération était liés à cet état concentré de créativité. Il a nommé cet état : Le Flow (ou Flux).

Pour simplifier, l’état de Flow se produit quand :

  • La personne est complètement concentrée sur la tâche à accomplir
  • Oubli du monde qui nous entoure
  • Perte de la notion de temps
  • La personne est détendue et en action
  • Sentiment d’accomplissement à travers la créativité

FLOW + CRÉATIF

Tout d’abord, celles qui veulent devenir plus créatives ne le font pas seulement pour produire des œuvres ou des créations, mais pour se SENTIR plus créatives, c’est-à-dire allumées, curieuses, détendues avec le sourire aux lèvres.

Encore mieux, c’est pour ce moment où ce que nous faisons n’est plus du travail, mais ce que nous AIMONS faire.

De façon générale, un état de flow est caractérisé par une absence de conscience de soi, du passé ou du futur. C’est un état qui est proche de celui de la méditation. C’est ainsi que le flow créatif contribue à notre mieux-être.

En vérité, je considère que c’est encore mieux que la méditation, car l’activité créative est plus amusante.

 

L’ENTREPRISE FLOW CRÉATIF

J’ai choisi de nommer mon entreprise Flow créatif, pour aider les femmes à se reconnecter à elles-mêmes par la créativité, mais aussi à s’affirmer, s’exprimer, se détendre et même trouver du sens à leur vie.

En fait, quand je parle de créativité, c’est très vaste et ça peut être associé à tant de domaines. Au-delà de la notion de création, c’est surtout l’état de Flow qui va nous apporter le bien-être et renouveau dans notre quotidien. Le Flow créatif va contribuer au mieux-être général de la personne.

Et puis, ce qui est le plus important, ce n’est pas ce qui sera produit, comme objet extérieur, mais le processus intérieur que vit la personne et l’état dans lequel le geste artistique la plonge. Finalement, c’est le ressenti interne induit par l’action créative qui va leur apporter l’équilibre et le mieux-être.

En réalité, c’est un processus inside-out, c’est-à-dire un processus qui part de l’intérieur de la personne et qui s’incarne ensuite en action concrète, visible dans le monde.

FLOW CRÉATIF

QUE FAIT LE CERVEAU PENDANT LE FLOW ?

Pour commencer, des chercheurs se sont intéressés à l’état de flow de la perspective neuropsychologique. À ce propos, Arne Dietrich a observé que l’état de flow était associé à une diminution de l’activité du cortex préfrontal (2003).

De fait, le cortex préfrontal est la zone du cerveau responsable de fonctions cognitives telles que la pensée, la mémoire, la notion temporelle et le contrôle des impulsions. De surcroît, c’est l’aspect responsable de notre état d’esprit conscient et explicite, mais aussi de notre critique ou censeur intérieur (l’ennemi de l’action créative).

Par ailleurs, ce sont les parties implicites du cerveau qui prennent le lead durant l’état de flow, permettant ainsi de communiquer librement et de s’engager dans un processus de création sans trop d’inhibitions (Dietrich, 2004).

En d’autres termes, quand tu t’engages dans une activité créative et atteins l’état de flow, tu cesses alors de trop penser et à contrôler le processus. Finalement, cela te rend plus créative et concentrée, mais aussi détendue et satisfaite.

 

LA CRÉATIVITÉ A TOUJOURS ÉTÉ VITALE POUR MOI

En premier lieu, j’ai toujours voulu avoir une vie basée sur la créativité. Pourtant, je ne me voyais pas comme une artiste. Au lieu de cela, je voulais que la créativité nourrisse ma profession, autrement ça ne m’intéressait pas de travailler.

Adolescente, j’imaginais des histoires fantastiques plus longues et plus compliquées que Game of Thrones. Jeune adulte, j’ai exercé le métier de monteuse vidéo tout en rêvant de cinéma. Je me suis aussi essayé à la scénarisation de court métrage.

Plus tard, j’ai suivi des cours universitaires en arts plastiques et j’ai développé une pratique créative personnelle avec l’art-journal.

Il y a quelques années, j’ai quitté mon emploi stable pour retourner aux études. J’ai alors complété une maitrise en art-thérapie pour ancrer mes compétences dans une formation de haut-niveau avec pour objectif d’aider les gens à aller mieux.

En fait, le fil conducteur de tout cela, c’est que j’aspirais à sentir une énergie vivifiante par le biais de la créativité.

Me sentir créative, c’était me sentir plus allumée et plus vivante.

Aujourd’hui, je partage mon expertise dans le programme « ACTIVE TON FLOW CRÉATIF », un programme d’accompagnement de 6 semaines pour t’aider à implanter une pratique créative alignée.

COMMENT LE FLOW CRÉATIF CONTRIBUE À TON MIEUX-ÊTRE

Le flow créatif peut t’apporter la joie et l’épanouissement.

En 2004, Mihaly Csikszentmihalyi a donné une conférence TedTalk où il offre sa réponse à la question « qu’est-ce qui rend l’être humain heureux ? ». De fait, il répond que le bonheur est lié l’état de Flow créatif.

Premièrement, il met en lumière la raison pour laquelle les gens ont des élans si forts de créer ou de devenir artistes avec tant de passion. Ensuite, c’est quelque chose qui passe à travers eux où leurs compétences sont mises à profit et où ils se trouvent parfois même en extase.

Tout compte fait, si tu entres dans l’état de flow créatif, tu deviendras plus créative, mais tu te sentiras aussi plus heureuse. Le flow créatif contribuera à ton mieux-être dans toutes les sphères de ta vie.

Voici ce que le flow créatif peut t’apporter :

Un bonheur issu de l’intérieur

En fait, les adultes qui passent plus de temps dans l’état de Flow créatif sont globalement plus heureux et satisfaits de leur vie. Le flow créatif contribue à leur mieux-être et leur épanouissement.

Ainsi, Csikszentmihalyi croit que le bonheur issu du flow créatif est davantage sous notre contrôle que celui que nous obtenons du plaisir ou des relations. En effet, cet état ne dépend pas nécessairement de circonstances extérieures. Tout compte fait, nous avons l’opportunité de nous y plonger quand nous voulons et c’est ainsi que le flow créatif contribue à notre mieux-être.

Au-delà du plaisir

Dans une étude récente, les personnes en état de flow avaient tendance à se sentir de meilleure humeur. Aussi, elles se sentaient actives, concentrées et épanouies, dotées d’une solide estime d’elles-mêmes.

De même, nous éprouvons du plaisir lorsque nous sommes satisfaits et que nous faisons quelque chose de passif, comme recevoir un massage ou regarder un film.

Csikszentmihalyi fait une différence entre les bienfaits à long terme offerts par le flow et la notion de plaisir.

Là-dessus, l’appréciation joyeuse induite par le Flow implique une certaine nouveauté et nécessite de l’énergie pour se mettre en action. En même temps, une fois que nous avons commencé, nous pouvons gagner de la confiance en nous et un sentiment d’accomplissement (avec ce que nous avons créé).

Diminution du stress et de l’anxiété

Durant l’activité créative, le stress et l’anxiété de performance sont souvent les obstacles à l’entrée dans le Flow. Généralement, le mental veut contrôler le résultat au lieu de plonger dans le processus. En effet, le cortex préfrontal est activé par toutes les tâches à accomplir. Par exemple, à propos du ménage ce soir ou le lavage de demain. Il juge sans cesse ce que nous essayons de créer et veut contrôler le processus.

Malheureusement, tout cela nous éloigne de la détente et de la joie de créer.

Dans l’état de Flow, nous sommes si absorbés par l’action créative que nous n’avons plus de place pour nous juger, stresser ou penser à demain.

Un point négatif à l’état de Flow créatif

À l’inverse, l’état de flow peut devenir négatif. En effet,  si tu es en état d’hyper concentration durant des heures. et que par conséquent tu oublies de boire et de manger, ça ne sera pas positif à long terme.

Dans cet ordre d’idées, si tu es hyper concentrée dans ta pratique créative, prends un break de temps en temps et un peu du recul. Il est certain que l’état de flow créatif est ce que tu désires atteindre, mais ce n’est pas équilibré de l’être tout le temps.

FLOW CRÉATIF

COMMENT ENTRER DANS CET ÉTAT DE FLOW CRÉATIF

Fais-le souvent

Établir une pratique créative régulière va te permettre de développer ce muscle du flow créatif. Ainsi, tu entreras dans le flow créatif plus souvent. Avec le temps cela deviendra de plus en plus facile. Comme toute pratique, tout devient plus aisé et fluide quand c’est devenu une habitude.

Joue comme une enfant

Les enfants ont tous le droit à des moments de pause et de jeu. De même, ils prennent des récréations tous les jours ! (RE-CRÉATION pense-y).

À quand remonte ta dernière récréation ?

La prochaine fois que tu te trouves devant un blocage créatif prend le temps d’une recréation. Par exemple, va marcher au parc le plus proche. Encore mieux, utilise la balançoire et grimpe dans les jeux (oui oui !). Autrement, va prendre une bouffée d’air frais dans la nature avec une promenade dans les bois ou une balade à vélo.

Sois ta propre compagne de jeu. Essaie de rire et de sourire tout en créant. Amuse-toi avec toi-même en profitant de chaque instant. Parfois, une demi-heure dans cet état d’esprit peut vraiment te remonter et te remettre à flow.

Garde ça simple

La créativité s’emballe parfois dans 1001 directions formidables et tentantes. Par conséquent, ces idée peuvent se compliquer à outrance et devenir grandioses jusqu’au point de la paralysie.

Cela t’est-il déjà arrivé ?

En fait, c’est normal… le muscle de ta créativité veut inventer une multiplicité de choses dans tous les sens. Porte ton attention à simplifier les choses.

D’un autre côté, certaines des plus belles œuvres d’art sont les moins sophistiquées, alors donne-toi la permission de travailler avec moins d’efforts, moins d’ambition et moins de contrôle.

Encore mieux, donne congé à ton mental rigide qui a des objectifs et des standards à respecter.

Décortique l’éléphant en petites bouchées simples et fais-les une par une.

Ainsi, en agissant à partir de ton intuition au lieu d’une stratégie plus calculée, tu seras surprise de voir où cela peut t’amener.

Accueille le chaos et le bordel

La vie n’est pas toujours propre et rangée (thanks god). En fait, le processus de création peut souvent être bordélique et chaotique, tout comme la peinture à doigt l’était à la maternelle.

Dans l’ensemble, n’ai pas peur de te salir les mains pendant le processus de création. Rappelle-toi la fraîcheur de l’esprit du débutant. Pour commencer, laisse tes idées émerger, non organisées et abstraites. Plus tard, cela prendra une forme plus définie. Et puis… après tu peux te laver les mains !

Être créatif est un cadeau, mais cela demande de la patience, de la compassion et de la confiance dans le processus. De plus, chaque fois que tu observes que tu as quitté ton flow créatif, souviens-toi que tu n’es pas loin d’y revenir, car cela requiert seulement un shift dans ton état d’esprit.

Finalement, pose la question suivante à ton enfant intérieur de 6 ans : que dois-je faire ensuite ? Si elle te dit d’aller faire une sieste, de prendre une collation ou d’aller dehors… Eh bien écoute-là !

 

Voilà ! J’espère que cet article t’a été utile.

Maintenant, tu sais un peu plus comment le flow créatif peut contribuer à ton mieux-être et j’espère que tu vas t’y plonger le plus souvent possible par ta pratique créative.

 

J’ai aussi un programme d’accompagnement « ACTIVE TON FLOW CRÉATIF » à te proposer. Si tu veux implémenter des outils puissants pour débloquer ta créativité et trouver ton flow et surtout implanter une pratique créative alignée:

 

 

Ta guide créative

Alice.

 

 

RÉFÉRENCES

https://fr.wikipedia.org/wiki/Flow_ (psychologie)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mih%C3%A1ly_Cs%C3%ADkszentmih%C3%A1lyi

https://www.ted.com/talks/mihaly_csikszentmihalyi_on_flow?language=fr

Csikszentmihalyi, M. (2013). Flow: The psychology of optimal experience. New York, NY : Random House.

Dietrich, A. (2003). Functional neuroanatomy of altered states of consciousness: The transient hypofrontality hypothesis. Consciousness and Cognition12(2), 231-256.

Dietrich, A. (2004). Neurocognitive mechanisms underlying the experience of flow. Consciousness and Cognition13(4), 746-761.

 

 

 

 

10 IDÉES CRÉATIVES POUR RELAXER EN 10 MINUTES

Il existe beaucoup de manières de prendre soin de soi : La méditation, le sport, le yoga, recevoir un massage, la nature…  La mode est aussi au désencombrement de notre espace et de notre agenda.

Dire non à des invitations fait aussi partie de ces stratégies pour se ressourcer en énergie.

Une pratique créative régulière est un outil puissant de mieux-être.

Exercer une activité créative (ou artisanale) permet de relaxer, car elle fait baisser le taux de stress et d’anxiété dans le corps.

J’ai remarqué que mes pensées anxieuses, mes soucis et ma fatigue disparaissent lorsque je suis absorbée dans ma pratique artistique.

Le temps se suspend, parce que j’arrête de penser (m’inquiéter) et que je suis entièrement concentrée à créer dans le moment présent. C’est ce qu’on appelle l’état de Flow. Le Flow Créatif.

J’ai observé ce phénomène chez les participantes de mes ateliers. Elles ne voient plus le temps passer et elles se sentent détendues et inspirées.

Une étude de l’université Drexel souligne que le cortisol (l’hormone liée au stress) diminue de manière significative après seulement 45 minutes de création artistique (Kaimal, Ray & Muniz, 2016).

Je suis heureuse que la science (souvent en contraste avec le monde de l’art) puisse confirmer l’effet positif de l’action créative sur la personne.

Une activité créative de 45 minutes fait baisser le taux de stress (cortisol) dans le corps.

Les bienfaits d’une activité créative vont bien au-delà de la gestion du stress.

Créer améliore la confiance en soi et stimule l’expression authentique et originale.

Elle stimule l’imagination et se révèle être une représentation ce qu’il y a à l’intérieur de nous.

Elle devient le miroir de notre être profond et le chemin vers notre épanouissement.

LE SELF-CARE OU SOIN PERSONNEL

Le self care est un ensemble d’activités que nous pratiquons régulièrement afin de prendre soin de notre santé mentale, émotionnelle et physique.

Il s’agit de prendre la responsabilité de son mieux-être à travers des habitudes saines et des choix conscients.

Cette notion de self-care trouve son origine dans le milieu professionnel de la santé, les hôpitaux, résidences et visait au départ le personnel à risque de surmenage.

Prendre soin de soi est quelque chose qui nous revitalise, nous ressource, plutôt que de nous soutirer de l’énergie.

Bien que ce soit un concept logique, le self-care est souvent ignoré et les cas de burnout sont très répandus dans ces milieux professionnels.

Prendre soin de soi n’est pas égoïste, car une personne ne peut s’occuper des autres, si elle est elle-même en déséquilibre. Autrement dit, si je prends soin de moi, je pourrais être présente pour mes proches et ceux qui ont besoin de moi.

LA PRATIQUE CRÉATIVE COMME SELF-CARE

Si tu vis beaucoup de stress, si l’anxiété te rend la vie difficile… Tu sais qu’il devient nécessaire de prendre du temps pour toi, pour te ressourcer dans un espace de douceur et de sécurité.

Si tu cherches un moyen de te centrer et de revenir à un équilibre à l’intérieur, une pratique créative peut t’aider.

Exercer une pratique créative est un puissant outil de relaxation.

Voici pourquoi :

  • Se donner du temps pour créer, c’est s’offrir du temps pour soi-même.
  • Se donner un espace pour créer, c’est s’offrir un espace pour s’exprimer.
  • Avoir une pratique créative comme self-care permet de te connecter à ton être profond et de le nourrir.
  • Exercer une activité artistique pour ton mieux-être, c’est un signe de responsabilité : on n’attend pas de l’aide de l’extérieur, mais on passe à l’action avec intention.
  • Prendre soin de toi n’a jamais été aussi agréable, coloré et fun !

self care créatif

La première excuse pour ne pas créer (tout comme le self-care), c’est le soi-disant manque de temps.

Étant donné les heures passées sur son téléphone cellulaire chaque jour, dégager 10 minutes pour prendre soin de soi par la créativité est tout à fait possible.

L’idée de commencer peut t’inquiéter, mais 10 minutes c’est raisonnable et accessible.

Décide de prendre ces 10 minutes. Fais-le parce que tu es prête à relaxer, à décrocher et même t’amuser !

Créer pour se relaxer demande un lâcher-prise sur le « joli » résultat.

 

Désolée d’être directe : il est important de lâcher prise sur ton perfectionnisme pour parvenir à te relaxer!

L’exigence et la détente ne vont pas ensemble.

Le perfectionnisme est l’ennemi de la joie et de la détente.

Ces suggestions d’exercices créatifs t’invitent à t’investir dans le processus et oublier la performance.

Comme les enfants.

Les enfants explorent les matériaux et les couleurs avec bonheur et curiosité.  Ils n’essaient pas de faire quelque chose de « réussi ».

Et vois comme leur enthousiasme d’être dans le présent est total. Ils ont du « fun » et sont totalement immergés dans le flow de la vie!

Pour te relaxer par la créativité, je t’invite à oublier le résultat final et à t’amuser comme un enfant.

Si tu cultives la compassion pour toi-même et tu persévères, tu ressentiras les bienfaits des exercices que je te propose si-dessous.

10 IDÉES CRÉATIVES POUR TE RELAXER

(en moins de 10 minutes)

1 – Embellis ton prénom avec de la couleur.

Parfois, on ne sait pas du tout par quoi commencer.

Voici une idée: ton prénom 🙂

Cet exercice c’est un peu comme t’écrire une carte de souhaits à toi-même.

Écris ton prénom en grosse lettre au centre d’une feuille de papier. Autour de lui, dessine des formes et des motifs. Avec des crayons ou feutres, colorie les formes et remplis ta page.

Cette idée est inspirée de Pray with Color de Sibyl MacBeth qui introduit cette activité comme une métaphore pour envoyer des prières et encouragements à une personne qui t’est chère.

Tu peux faire cet exercice pour un être aimé, mais tu peux aussi le faire pour toi-même.

pray in color

Photo provenant du site de prayincolor

 

2 – Collage et Cercles

Cet exercice est simple et rapide. Si tu as un perforateur, découpe plusieurs cercles dans des magazines ou du papier de couleur. Ensuite, prends un bâton de colle et arrange les cercles à ta manière dans un agencement qui te plaît.

Tu peux aussi faire des trous dans des pages que tu estimes « ratées » (bien que ce soit impossible de rater cet exercice). C’est une façon de faire du recyclage et de transformer d’anciennes créations en nouvelles.

Pour moi, la réutilisation en art est une métaphore.

On peut réinventer des parties de sa vie par l’exercice de la créativité, en convertissant les difficultés (vieilles affaires déchirées ou laides) en nouveauté et en expérience.

3 – Zentangle sur Post-it

Le Zentangle est une méthode de créativité très facile et accessible. Elle a été créé par Rick Roberts et Maria Thomas quand ils ont vu les effets bienfaisants de motifs abstraits. Il n’est pas besoin de savoir dessiner pour y exceller et le bien-être qui en découle est réel.

Tout le monde a des post-its et des stylos à la maison. C’est un petit format et donc, c’est rapide à couvrir.

Le zentangle consiste à créer des combinaisons de lignes, de points et de motifs structurés et répétitifs.

Le tout est très simple à faire.

L’atout du zentangle c’est qu’on se détache de la représentation picturale.

La répétition des traits et patterns aide aussi à la concentration et au silence intérieur.

Cela permet de créer des images géométriques avec une certaine harmonie. Généralement, les zentangle se font sur des « tuiles » carrées, mais avec les post-its, ça rajoute de la couleur en plus!

Voici un exemple de zentangle sur post-it:

4 – Reproduis une photo prise avec ton téléphone

Va prendre une marche et photographie ce qui t’intéresse.

Dans mes promenades, je prends généralement des photos de fleurs, des murales et de couchers de soleil.

De retour à la maison, prends un crayon ou un pinceau et reproduis ce que tu vois sur un papier de petit format.

Si tu n’as pas de photo prise par toi, tu peux en choisir une que tu apprécies d’un magazine ou du fil de Facebook., mais ne reste pas hypnotisée par ton écran 🙂

Apprécie ce moment. Le résultat n’a pas besoin d’être ressemblant 🙂

 

5 – Musique & gribouillis

Fais jouer une musique dynamique que tu aimes. Pas du heavy metal, parce que tu devras garder ton crayon dans ta main pendant l’exercice ! Quoique ce genre de musique peut aider à la décharge des nerfs avec efficacité 🙂

Puis, lève-toi et sur une feuille blanche assez grande, suis la musique avec ta main et déplace le crayon au gré du rythme. Comme c’est un gribouillis, ça sera abstrait.

Suis la musique et danse en gribouillant !

Musique que j’aime utiliser : Zorba le Grec (elle commence lentement et se termine avec un grain de folie).

Ton mental dira probablement « ce n’est pas sérieux », mais continue quand même à bouger au rythme de la musique et à gribouiller.

Tu peux même faire cela avec des amis… L’idée c’est vraiment de décharger les soucis avec l’aide de la musique. Ensuite, tu peux changer de musique et de couleur de crayon et recommencer autant de fois que tu veux.

 

6 – Peins ton souffle

Dans un autre ordre d’idée, la pratique créative peut s’apparenter à une méditation pleine conscience.

Il s’agit de porter attention à une sensation interne et des pensées sans jugement. On observe par exemple sa respiration, ce qui permet de revenir à l’instant présent, dans son corps, ici et maintenant. Le bavardage du mental et les pensées anxieuses diminuent et parfois se taisent complètement.

C’est là que la paix intérieure et la quiétude s’installent en nous.

Pour y ajouter de la créativité, il suffit de prendre un pinceau et une touche de peinture aquarelle et de tracer des traits en harmonie avec son inspiration et son expiration.

Tu peux aussi peindre un cercle ou un point à chaque expiration et suspendre ton geste à chaque inspiration.

Trouve ta propre manière de peindre avec ta respiration. Le résultat n’a pas besoin « ressembler » à quelque chose.

Je sais que ça peut avoir l’air un peu idiot, mais c’est une véritable méditation avec l’aquarelle.

Voici un exemple de création fait avec cet exercice :

peindre son souffle flow créatif

7 – Collage des émotions

Prendre soin de soi implique de reconnaître, d’honorer et de faire de la place à l’expression de nos émotions. Surtout celles qui sont désagréables et qu’on ne veut pas sentir. Quand on parle de self-care, bien sûr on pense aux émotions plus difficiles et pénibles. Mais on peut faire cet exercice à partir d’une fatigue de fin de journée ou de l’agacement.

Prends des images de magazines, ou des photos imprimées à partir du web et crée un collage, sans trop y réfléchir.

Faire quelque chose de ses mains, tout en étant relié avec le ressenti permet de le représenter de manière intuitive, mais aussi de le « décharger » à l’extérieur de soi. Ce qui fait du bien.

Ensuite, tu peux le regarder du recul et t’ouvrir à ce que cette émotion t’exprime. Remercie-la.

8 – Calendrier de cercles « humeur du jour »

Tu peux remplir une page 8,5X11 (format lettre) de petits cercles, un pour chaque jour du mois.

Pas forcément des cercles. Les carrés d’un calendrier mensuel feront très bien l’affaire.

Chaque jour, avec un feutre de couleur ou de l’aquarelle, représente ton humeur cette journée-là. Tu peux changer de type de matériel, de couleur… cela prend moins de deux minutes à faire.

C’est une manière d’honorer ton état intérieur, peu importe ce qu’il est.

Ensuite, tu auras un « portrait » authentique de ce qu’a été ton mois. C’est un exercice court, qui permet d’accorder du temps et de l’attention à ton ressenti.

C’est une activité ultra simple et la faire au quotidien peut transformer ton rapport à ton humeur. Au fil du temps, cet exercice développera l’acceptation bienveillante de toi-même.

J’ai un CADEAU POUR TOI. Un calendrier coloré à imprimer:

9 – les yeux fermés

Prends deux crayons dans chaque main et gribouille à l’aveugle. Tu peux alterner d’une main à l’autre ou bien dessiner en synchronie. Pense à quelque chose qui t’inspire ou que tu désires et laisse aller tes mains. Cet exercice est un excellent réchauffement.

Je sais que tu auras envie de tricher et d’examiner de quoi ça a l’air ! Lâche prise sur tes inquiétudes et poursuis.

Quand tu as l’impression que ça suffit, continue 30 secondes de plus avant de t’arrêter.

Ouvre les yeux.

Regarde ton dessin et ton cerveau va automatiquement chercher à quoi ça peut bien ressembler. Tu devrais découvrir des choses partielles. Des têtes, des animaux, un symbole.

C’est parfait… Les yeux et le cerveau s’efforcent toujours de trouver un sens, alors tu as l’occasion de consciemment « continuer » le dessin.

Ne t’inquiète pas si c’est « bizarre » et sans logique. Prends-le comme une exploration ludique de l’inconscient.

Quand tu estimes que ton image est terminée et qu’il n’y a plus rien à rajouter, donne-lui un titre ou un prénom si c’est un personnage. C’est un exercice que j’apprécie car cela m’amène en dehors de ma logique dans un monde fantastique.

10 – La pâte à modeler.

Si tu as des kids (quand ils sont à l’école), tu peux leur voler leur pâte à modeler pour cet exercice! Tu peux aussi leur demander de te la prêter 😊

L’aspect tactile et kinesthésique de ce matériau permet de relaxer le corps et de jouer comme un enfant.

C’est un peu comme malaxer une balle, c’est antistress. Le fait d’avoir ce pouvoir de modeler quelque chose à ta guise te donnera une sensation de contrôle sur ton environnement.

Je sais que ton mental dira « c’est pour les enfants, ce n’est pas sérieux. » D’un air de dédain.

Ne l’écoute pas. Fais-le pourtant.

Et prend le temps de ressentir la détente dans ton corps.

 

EN TERMINANT

Ces exercices nous invitent à abandonner notre exigence de performance pour embrasser l’aspect relaxant et nourrissant d’une pratique créative de mieux-être.

Au début, cela pourrait être inconfortable, mais si tu cultives l’auto-compassion et persévères, tu en ressentiras les bienfaits.

Tu peux prendre soin de toi en créant et en t’amusant.

Cela prend quelques minutes seulement et ça peut faire toute la différence.

N’essaie pas de forcer ou de contrôler le résultat. Commence par te donner ces petits moments sur un coin de table entre deux tâches.

Fie-toi à ce que tu ressens lorsque tu choisis le type de matériel, la couleur, les formes ou la musique.

Quand tu fais de la place à ta créativité, elle te guide vers ce qui est le mieux pour toi.

Commence petit… persévère et prends soin de toi.

Une dernière chose : ces activités prennent moins de 10 minutes à faire et sont très simples. Elles ne nécessitent pas de matériel compliqué, mais elles auront un effet puissant sur ton bien-être.

L’important c’est de trouver l’exercice qui fonctionne bien pour toi, de le mettre à ton agenda…

Et de passer à l’action.

Donne-moi des nouvelles!

J’ai d’autres suggestions d’exercices pour toi. Obtiens-les ici:

Rejoins-moi aussi sur les réseaux sociaux (Instagram ou Facebook) où je réponds rapidement à tes questions et commentaires 🙂

 

Passe une journée radieuse!

Alice

Références

Girija Kaimal, Kendra Ray, Juan Muniz. Reduction of Cortisol Levels and Participants’ Responses Following Art MakingArt Therapy, 2016; 33 (2): 74

Méthode Zentangle : https://zentangle.com/

Pray with color : https://prayingincolor.com/examples

Musique de Zorba le Grec : https://www.youtube.com/watch?v=8uN-HTk4lQg